Skip to content →

Lauréate de la bourse MTL en Vitrine

Lien officiel ici

Comment des défis d’une nouvelle langue faire une source de créativité et d’introspection?
Alors que jeune fille, au Brésil, elle trouvait réconfort en écrivant ses journaux intimes dans sa langue maternelle, le portugais, rien ne laissait présager que Letícia Tórgo allait un jour être reconnue, grâce à son travail en français, comme exemple de la créativité et de l’audace de Montréal. Elle ne soupçonnait pas non plus trouver à travers cette nouvelle langue une façon de revisiter sa relation avec sa mère.

Se retrouver chez soi dans l’écriture
Toute jeune, c’est dans les livres que Letícia Tórgo se trouvait chez elle, entre les allées et venues de ses parents souvent partis de la maison. De fil en aiguille, c’est dans son écriture qu’elle se retrouvait elle-même et sa famille; tout d’abord dans ses journaux intimes, puis dans son travail littéraire : « Être écrivaine est devenue ma destination », explique-t-elle dans ses propres mots. 

Avant de quitter son pays natal, Letícia Tórgo a publié au Brésil un premier ouvrage, Uma janela para nove irmãos (Une fenêtre pour neuf frères et sœurs) qui met en scène la maison et l’histoire de sa grand-mère. Après avoir créé le texte d’une pièce pour enfant devenu ensuite un deuxième livre, O príncipe dos porquês, (Le prince des pourquois), elle plie bagage, arrive au Canada et décide d’y apprivoiser une nouvelle langue : le français.

Se retrouver à Montréal avec une langue à apprivoiser
Pourquoi apprendre une nouvelle langue? « Sortir de la zone de confort, ne pas avoir peur de l’inconnu, comprendre la peur d’une autre façon, se connaître à soi-même, accepter la fragilité qui existe en soi… ».

Ainsi, depuis son arrivée, elle relève défi après défi afin de poursuivre sa carrière en littérature et au théâtre, mais dans sa langue d’adoption. Elle représente les francophones de Montréal à la résidence en Leadership artistique de l’École nationale de théâtre et du Banff Arts Centre; elle travaille avec la compagnie Je suis Julio grâce au programme DémART–Mtl du Conseil des arts de Montréal; et elle est interprète d’artistes au Cirque du Soleil. 

Enfin, elle a écrit pour la scène avec des productions de Teesri Duniya Theater, du Black Theater Workshop et du Festival Tout’tou court et elle publiera en décembre prochain un premier livre en français chez Miniminus, un texte pour enfant intitulé Martin et ses gants différents.

Sa prochaine œuvre littéraire, Je parle de toi dans une autre langue, tirera son origine dans deux précédentes œuvres distinctes : Saudade, une courte pièce sur la distance qui peut exister entre une fille et sa mère, et Entre les langues, un projet autobiographique sur les défis de l’adoption et de l’écriture d’une nouvelle culture et d’une nouvelle langue. L’écrivaine a pris conscience au courant de la dernière année du lien étroit entre ces deux projets : « Je me suis rendu compte que la distance nous permet de voir notre pays, notre famille, nos amis, nos habitudes, notre langue… à travers d’une autre perspective ».

C’est avec ce nouveau projet que Letícia Tórgo décide de soumettre son dossier de candidature pour le MTL en vitrine, une bourse offerte par la Vitrine culturelle et le Conseil des arts de Montréal. D’un montant de 5 000 $, cette bourse est dédiée aux artistes de la relève issus de la diversité culturelle pour la réalisation d’une œuvre.

Un exemple montréalais d’audace et de créativité
Avec l’objectif de promouvoir la créativité, l’audace et la diversité artistique de Montréal, le jury composé notamment d’étudiants internationaux inscrits au Passeport MTL étudiant international a reconnu le potentiel de la proposition de Letícia Tórgo et lui a décerné le prix. En plus d’un mentorat offert par Montréal, arts interculturels, elle aura les moyens nécessaires pour poursuivre son projet d’écriture. 

Sa vie comme sa ville d’adoption, Montréal, vivent de grands changements et elle y trouve un contexte propice à son écriture : « Depuis mon arrivée en 2014, je vois la transformation de la ville, surtout à travers ma connexion avec les premières nations, mais aussi à travers les immigrants qui font de plus en plus partie de cette société en constante transformation. »

Ainsi, les astres s’alignent afin de lui permettre la réalisation d’un des projets les plus significatifs de sa carrière, dans sa nouvelle langue et dans son nouveau chez-soi : « J’écris pour me comprendre et pour comprendre le monde où je vis.» 

Photo: Boka Reis

Published in Français

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *